Fiction en Thread

poster

Télécharger le poster en PDF

Un thread plus vrai que vrai ! Ce billet propose une étude du roman « 3eme droite », originellement publié sur le réseau social Twitter et qui connu un tel succès qu’il fut édité et publié, comme livre cette fois, par les éditions Flammarion.

Cette œuvre prend la forme d’un post de réseau social, plus particulièrement de publications “liés” ou “thread” Twitter. Ce réseau social propose aux utilisateurs de créer un compte personnel, avec un pseudonyme une description et une image de profil personnels. Après avoir construit cette identité virtuelle, ils peuvent « poster » de courts textes, de maximum 240 caractères, pour partager leurs pensées, leurs idées, ou même leurs journée. Le réseau permet d’ajouter des images, vidéos, liens et des sondages aux posts. Si un court billet est trop limité pour exprimer ce qu’ils souhaitent , ils peuvent une créer un second post (publication) lié au premier par un fil de discussion. C’est ce que l’on appel un « thread », du mot « fil » en anglais.

D’autres utilisateurs peuvent alors commenter les publications en écrivant, avec un « like », c’est à dire en laissant une mention d’approbation au commentaire, ou en « tweetant », c’est à dire en ré-publiant le texte sur leur propre profil pour le diffuser aux utilisateurs abonnés à leurs profils. Car oui, en plus de ces différentes fonctionnalités, un utilisateur peut s’abonner aux profils qui l’intéresse, et être informé à chaque nouvelle publication. L’auteur utilise pleinement ces fonctionnalités. François Descraques est une personnalité d’internet, qui possède une communauté de fan avant même la création de 3ème Droite, le roman en thread que nous allons étudier ici. Il est le créateur de la célèbre web série francophone « Le Visiteur du Futur » (2010-2014) et de la chaîne YouTube Frenchball. Il a participé à de nombreux courts métrages sur cette chaîne et avec d’autres comme « Minori » avec le premier youtubeur de France, Cyprien Iov.

L’histoire est racontée en dix-huit thread, semblables à des chapitres. Ces unités autonomes font partie d’un ensemble plus grand qui les contient : Il s’agit du thread « parent », celui-ci s’intitule « TOUTE MON HISTOIRE (mise à jour une fois par semaine environ) Dérouler pour afficher la liste des Threads ». Le narrateur et personnage principal est un jeune chômeur qui quitte le domicile familial, et découvre que le propriétaire de son nouveau logement cache quelque chose.

C’est une narration autodiégétique, le mot compliqué pour désigner un narrateur qui raconte sa propre histoire. Cela permet à l’auteur d’utiliser pour son récit l’une des caractéristiques principales de Twitter : la proximité avec le public. Oubliez les formules littéraires et les formes classiques de narration. Ici, le narrateur est un jeune homme qui
discute avec son lectorat via les réseaux sociaux. Le langage utilisé est familier. Le personnage cherche à être efficace dans sa narration : pas de guillemets aux dialogues, où les personnages sont simplement désignés par des pronoms comme « Elle » et « Moi ». Le lien entre le lecteur et le narrateur permet de rendre la narration réaliste. Un utilisateur mal informé pourrait croire qu’il s’agit du compte Twitter classique et non pas d’une histoire. En utilisant ce type de narration, l’auteur rapproche le lecteur, qui est placé au même niveau que le personnage. Toutes les aventures du personnages,ainsi que ses ressentis et ses sentiments ont alors un effet largement plus grand sur le lecteur. Cette histoire, qui a lieu dans un vieux bâtiment sombre et menaçant, où les sentiments des personnages sont au centre, et évoquant un être fantastique, est très proche d’un roman gothique.

Dans ce roman, le réalisateur et scénariste de web série à succès François Descraques joue avec les possibilités de Twitter en utilisant des fonctionnalités familières aux utilisateurs Des photos, vidéos, captures d’écran de SMS et des sondages accompagnent l’histoire. Au travers de ces éléments, le style du récit est beaucoup plus direct que les autres romans, et interagit réellement avec le public. Dans les derniers threads, le personnage principal demande l’avis des lecteurs, qui décident de ces actions et donc de la suite du récit. A la place de faire des descriptions sur les environnements et sur certaines situations, elles sont remplacées par une simple capture d’écran, des photos ou un vidéo. Le récit est alors encore plus réaliste.

De plus, Descraques innove grâce à sa maitrise de Twitter. Il utilise tous les outils auxquels les écrivains n’ont pas accès sur le support papier traditionnel. On par exemple voit l’influence du récit sur la communauté. Le plus évident est l’apparition dans le thread 15 d’un répulsif, sous la forme d’un dessin d’un rond avec un point, contre les êtres maléfiques qui menacent le héro. De nombreux lecteurs ont suivi le personnage, et ont publié des photos montrant le même dessin sur leurs mains en commentaire.

Cette œuvre novatrice et original est donc un récit fantastique voir horrifique, qui grâce à l’utilisation de plusieurs médias et un style d’écriture particulier, brouille les lignes entre réalité et fiction. Cela est rendu possible grâce à la proximité entre lectorat et créateur de contenu sur plateforme Twitter.

Twittersource : Twitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :